Base d'imposition à la TVA — que comprend-elle ?

La base d'imposition est le montant qui sert de base au calcul de la TVA due. Elle représente tout ce qui constitue la contrepartie obtenue par le fournisseur du bien ou le prestataire du service de la part de son client. Certains éléments du prix sont cependant expressément exclus ou au contraire ajoutés. Voici ce que la base d'imposition doit inclure ou non.

Principe

La TVA est due sur toute contrepartie obtenue. Le montant sur lequel est calculée la TVA est appelé base d'imposition.

Éléments inclus dans la base d'imposition

Les frais accessoires directement liés à la fourniture du bien ou à la prestation du service sont inclus dans la base d'imposition, même s'ils sont facturés séparément. Il s'agit, entre autres, des frais de raccordement, de surveillance et de déplacement d'installations, des frais d'utilisation, d'entretien, de réparation et de renforcement de compteurs, des frais administratifs normaux, des frais d'établissement des factures, de la cotisation de recyclage, etc.

Sont également compris dans la base d'imposition :

les frais de commission,

les frais d'assurance et de transport,

le coût des emballages perdus.

Les impôts, droits et prélèvements sont également à comprendre dans la base d'imposition.

Éléments exclus de la base d'imposition

Le Code énumère par ailleurs une série d'éléments expressément exclus de la base d'imposition.

Les réductions (escomptes) de prix ne sont pas comprises dans la base d'imposition ; en d'autres termes, aucune TVA n'est due sur la réduction. Tel est, par exemple, le cas lorsque le client bénéficie d'un rabais de 3 % parce qu'il paie dans les huit jours. Cette règle reste valable même s'il ne paie finalement qu'après ce délai, pour autant que les réductions lui soient acquises au moment de la livraison. Il en va de même pour les réductions de prix que le fournisseur/prestataire accorde au client parce qu'il commande une quantité donnée, par exemple, ou pour récompenser sa fidélité. Cette réduction ne peut représenter la totalité du prix. Sont également considérés comme une réduction les points épargnés sur une carte de fidélité (électronique) que le client utilise pour payer une partie de la somme. La base d'imposition à la TVA constitue, dans ce cas, le prix diminué de la valeur des points acceptés.

Les intérêts dus en raison d'un paiement tardif sont eux aussi exclus.

Le coût des emballages ordinaires et usuels n'est pas non plus inclus dans la base d'imposition si le client a la possibilité de les renvoyer et qu'un remboursement est prévu (ex. consigne).

La TVA proprement dite n'est pas non plus comprise dans la base d'imposition.

Nouvelles

Si, en tant que dirigeant d'entreprise, vous bénéficiez d'un prêt qui vous a été octroyé par votre propre société, le fisc contrôle si l'intérêt que vous payez est conforme au marché. Ce taux du marché est fixé annuellement. La question se pose de savoir si l'avantage calculé forfaitairement doit être accepté en toutes circonstances.

À la fin de chaque année, le législateur publie les tarifs applicables l'année suivante en vue de la publication de comptes annuels. Ces tarifs sont liés à l'indice des prix à la consommation et le dépôt de comptes annuels coûtera donc en 2020 quelques euros de plus qu'en 2019.

Lorsqu'un employeur met une voiture de société à la disposition d'un travailleur salarié ou d'un dirigeant d'entreprise, ce travailleur salarié ou ce dirigeant d'entreprise est imposé sur l'avantage qui en résulte. Le calcul de l'avantage dépend entre autres de l'émission de CO2 du véhicule par rapport à l'émission moyenne du parc automobile belge. Cette émission moyenne a de nouveau quelque peu augmenté en 2019 et c'est une bonne nouvelle pour les personnes qui disposent d'une voiture de société.