Apport en nature sans émission de nouvelles actions

Un apport en nature dans une société à responsabilité limitée peut-il se faire sans émission de nouvelles actions ? En 2013, l'Institut des réviseurs d'entreprises (IRE) a estimé que non. Mais depuis, la loi a changé et l'IRE a lui aussi été contraint de revoir sa position.

Les objections en 2013

Lorsque, en 2012 - 2013, l'IRE a été appelé à se prononcer sur la question de savoir si un apport en nature pouvait se faire sans émission de nouvelles actions, il a estimé que ce n'était pas le cas.
Il a essentiellement appuyé sa décision sur deux arguments.

Le premier était un argument textuel : la loi prescrivait (et prescrit toujours) qu'un apport en nature requiert l'établissement d'un rapport par un réviseur d'entreprises. Et le but de ce rapport, selon la loi, est de s'assurer que le mode d'évaluation et l'évaluation elle-même correspondent au nombre d'actions " à émettre ". L'IRE en a conclu qu'il fallait donc bien que de nouvelles actions soient émises.

L'IRE a trouvé un second argument dans le principe de l'enrichissement sans cause de la société. L'absence d'émission d'actions pourrait poser un problème pour des raisons fiscales.

Les arguments en 2021

Mais ce point de vue est aujourd'hui dépassé. Le Code des sociétés et des associations (CSA) contient pour les SRL une disposition (article 5:120, § 2) qui prévoit que l'assemblée générale, statuant à la majorité simple, a le pouvoir d'accepter des apports supplémentaires sans émission d'actions nouvelles. Il est impossible d'être plus explicite.
Un tel apport peut être décidé à la majorité simple, mais un passage chez le notaire s'impose, car un acte authentique est requis.

Il n'existe pas de disposition légale explicite de ce genre pour les SC, mais l'IRE est arrivé à la conclusion qu'un apport sans émission de nouvelles actions devait également être possible dans ces sociétés. En effet, l'ancien argument selon lequel un rapport devait être établi pour juger de l'évaluation des nouvelles actions à émettre ne figure plus dans la loi. L'argument textuel de 2013 a par conséquent disparu. Conclusion pour l'IRE : un apport sans émission de nouvelles actions est également possible dans les SC.
Selon l'IRE, un tel apport requiert l'unanimité des actionnaires (présents ou représentés). Il faut également que l'apport soit constaté dans un acte authentique.

Enfin, il y a la SA. Dans les SA, il est requis, comme c'était déjà le cas auparavant, que le commissaire (ou, à défaut de commissaire, un réviseur d'entreprises) fasse rapport sur la description de chaque apport en nature, sur l'évaluation adoptée et sur les modes d'évaluation appliqués. Ce rapport doit indiquer si les valeurs auxquelles conduisent ces modes d'évaluation " correspondent au moins à la valeur des parts à émettre en contrepartie ".
L'IRE invoque cette disposition comme argument textuel pour affirmer qu'un apport en nature sans émission de nouvelles actions n'est juridiquement pas possible dans une SA.

Nouvelles

L’application souple de la limite de 80 %, telle que décidée par l’administration fiscale pour les primes de 2020, est prolongée pour les primes de 2021. L’administration l’a annoncé dans une circulaire du 10 juin 2021. Et quoi consiste précisément cet assouplissement ?

Mi-2020, le gouvernement lançait le chèque consommation. L’employeur pouvait octroyer un bonus à son personnel, en exonération d’impôts et de cotisations de sécurité sociale, à concurrence d’un montant maximum de 300 euros. Un an plus tard, le gouvernement propose une nouvelle édition de ce bonus (qui s’appelle désormais la « prime corona »), mais est également contraint d’apporter certaines modifications au chèque consommation.

Le coefficient de revalorisation du revenu cadastral (en abrégé RC) est pertinent pour un entrepreneur dans deux situations spécifiques : lorsque, en tant que particulier, il loue une habitation à une entreprise et lorsque, en tant que dirigeant d’entreprise, il loue une habitation à sa propre entreprise.