Un refus de livraison est un abus de position dominante

Refuser de livrer à un client professionnel avec qui vous êtes engagé dans une procédure devant le tribunal peut constituer une forme d’abus de position dominante. Et cela peut vous coûter très cher.

Préavis

Un magasin d’articles de chasse a une concession pour la vente d’un type particulier de fusil de chasse. Sur l’insistance du fabricant allemand de l’arme, l’entreprise scinde ses activités en un magasin pour le consommateur final et une entreprise de distribution pour la Belgique. Cette scission a lieu en 1985. Après 35 ans, le fabricant met fin de façon plutôt abrupte à la concession. Le préavis est notifié fin février 2020 et la concession prend fin le 1er juillet 2020. Le fabricant approvisionnera désormais directement les détaillants belges.

Le distributeur estime avoir l’exclusivité sur la vente des produits et exige des dommages et intérêts. Le 30 avril, il assigne le fabricant en justice. Mais le magasin se retrouve lui aussi en difficulté : suite à la résiliation de la concession, le magasin doit s’adresser directement au fabricant pour pouvoir se procurer les armes et accessoires.

Refus de livraison

Dans un premier temps, le fabricant ne semble avoir aucun problème avec le fait qu’il y ait une procédure en instance entre lui et la société sœur du commerçant. Le commerçant passe des commandes en juillet et en août, avec une livraison prévue en octobre, et il se fait même envoyer une liste des nouveaux produits et tarifs. Mais avant la livraison, le fabricant informe le commerçant qu’aucune livraison n’aura lieu aussi longtemps que la procédure avec le distributeur n’aura pas été réglée.

Le commerçant introduit une action en cessation contre ce refus de livraison. Le magasin demande au juge de condamner le fabricant pour refus de livraison et de vente – et donc de le contraindre à livrer et à vendre.

Dépendance

Le juge examine s’il est question de dépendance économique. Il ne doit pas chercher bien loin : la concession avec l’entreprise sœur court depuis déjà 35 ans. Le commerçant vend principalement voire quasi exclusivement les marques du fabricant (qui a très bonne réputation dans le petit monde de la chasse). Le juge constate que le nom du magasin (et du distributeur) est étroitement associé à ces marques.

Bien que le fabricant le contredise, il n’est tout simplement pas possible pour le commerçant de vendre d’autres marques. Comme nous l’avons dit, il y a la qualité du produit en question. Mais le magasin a également un stock de pièces qui deviendrait invendable s’il se tournait vers les marques d’un autre fabricant.

Le juge suit dans une large mesure la thèse du magasin.
La vente de pièces représente une part importante du chiffre d’affaires. Un magasin qui se spécialise dans une marque déterminée ne peut pas tout simplement passer à une autre marque, parce qu’il n’existe pas d’alternatives pour ces pièces.
Le juge estime que la dépendance économique est avérée.

Abus de position dominante

Le juge estime en outre qu’il y a également abus de position dominante.
Le juge attire l’attention sur le fait qu’après qu’il a mis fin à la concession avec le distributeur, le fabricant a continué, dans un premier temps, à agir normalement avec le magasin. Ce n’est que fin octobre que le fabricant a informé le magasin qu’il arrêterait les ventes et qu’il refuserait les commandes aussi longtemps que la procédure avec le distributeur n’aurait pas été réglée. Le magasin n’est toutefois pas partie à cette procédure (si ce n’est qu’il est le prédécesseur en droit du distributeur). Selon le juge, il n’est dès lors pas question d’une attitude agressive du magasin dans cette affaire, pas plus qu’il n’est question d’une rupture de confiance.

Le juge a plutôt l’impression que le fabricant veut mettre la pression sur le distributeur afin de parvenir à une issue ou un arrangement plus favorable pour lui. La décision de ne pas livrer n’est donc pas une décision économique du fabricant, mais simplement un moyen de pression dans le règlement du litige avec le distributeur.

Obligation de livrer à nouveau

Le juge condamne le fabricant allemand à cesser de refuser de livrer et de vendre et associe une astreinte de 10 000 euros par jour de retard à chaque refus de livraison, avec un maximum de 100 000 euros. Nous ne savons pas si depuis, il y a eu des avancées dans la procédure opposant le fabricant au distributeur...

Nouvelles

En principe, les frais engagés à la demande ou au profit de l’employeur sont remboursés au travailleur. Les montants remboursés constituent des frais propres à l’employeur. Ils ne sont pas imposables dans le chef du travailleur et sont normalement déductibles pour l’employeur. Le travailleur doit en principe prouver la réalité et le montant de la dépense. Quelques exceptions sont toutefois prévues, comme c’est le cas pour les frais de séjour.

Les travailleurs salariés ne répondent en principe pas des dommages qu’ils causent à l’employeur ou à des tiers dans l’exécution de leur contrat de travail. Leur responsabilité ne peut être engagée que dans des cas exceptionnels.

La déduction pour investissement est une déduction fiscale à laquelle vous avez droit en tant qu’entrepreneur lorsque vous investissez dans des actifs que vous affectez à l’exercice de votre activité professionnelle. Si vous mettez ces actifs à la disposition de tiers, vous n’avez pas droit à cette déduction pour investissement. Il y a certes quelques exceptions. Mais qu’en est-il si vous avez des actifs qui ne tombent qu’en partie sous le coup d’une exception ?