COVID-19 : un droit passerelle pour interruptions de courte durée

Les indépendants bénéficient d'un droit passerelle dont les conditions sont régies par une loi du 22 décembre 2016. Mais actuellement le droit n'est pas accordé lorsque l'indépendant interrompt son activité indépendante pendant moins d'un mois. Le gouvernement prévoit toutefois un assouplissement concernant les interruptions de courte durée. Les indépendants peuvent ainsi prétendre à une prestation pour toute période inférieure à un mois civil. Ce droit passerelle de crisi couvre la période comprise entre le 1er mars 2020 et le 30 avril 2020, mais cette période peut être prolongée si la crise dure plus longtemps.

Mesures temporaires

Les indépendants, aidants et conjoints aidants que les mesures fédérales contraignent à arrêter leur activité professionnelle en raison de la crise du coronavirus ont droit à la prestation financière intégrale du droit passerelle pour la période du 1er mars 2020 au 30 avril 2020.
Il s'agit des cas suivants :

l'indépendant qui doit interrompre totalement ses activités. Sont par exemple visés les exploitants de bars ou restaurants fermés ou les exploitants de centres récréatifs ;

l'indépendant qui doit interrompre partiellement ses activités. Sont par exemple visés les commerces obligés de rester fermés le week-end ou les restaurants qui restent ouverts sans service en salle ;

l'indépendant qui doit interrompre totalement son activité pendant une durée minimum de 7 jours. Sont, par exemple, visés les indépendants mis en quarantaine ou les indépendants à l'arrêt en raison de la baisse presque totale de l'activité (chaîne de production mise à l'arrêt par manque de composants, de matière première ou de main d'oeuvre).

Dans ces cas :

il n'est plus exigé d'être indépendant à titre principal depuis plus de quatre trimestres ni d'avoir payé effectivement quatre cotisations trimestrielles ;

le droit est accordé même si l'indépendant a déjà bénéficié antérieurement du maximum de prestations mensuelles dans le cadre du droit passerelle (selon le cas 12 ou 24 mois). Et les périodes octroyées sous ce régime d'exception ne sont pas prises en compte dans le maximum d'octrois ultérieurs.

Les indépendants qui ferment préventivement sans aucune obligation de la part du gouvernement peuvent également invoquer le droit de passerelle à condition qu'ils cessent leurs activités pendant au moins 7 jours.

Pratique

Pour demander ce droit passerelle, le travailleur indépendant doit s'adresser à la caisse d'assurance sociale à laquelle il est affilié.
La prestation financière mensuelle pour le mois de mars et/ou d'avril 2020 s'élève à 1 614,10 euros (avec charge de famille) ou 1 291,69 euros (sans charge de famille).
Le Roi peut prolonger la période d'application de ces mesures temporaires si l'épidémie de COVID-19 et les mesures sanitaires fédérales s'étendent au-delà du mois d'avril 2020.

Nouvelles

En principe, les frais engagés à la demande ou au profit de l’employeur sont remboursés au travailleur. Les montants remboursés constituent des frais propres à l’employeur. Ils ne sont pas imposables dans le chef du travailleur et sont normalement déductibles pour l’employeur. Le travailleur doit en principe prouver la réalité et le montant de la dépense. Quelques exceptions sont toutefois prévues, comme c’est le cas pour les frais de séjour.

Les travailleurs salariés ne répondent en principe pas des dommages qu’ils causent à l’employeur ou à des tiers dans l’exécution de leur contrat de travail. Leur responsabilité ne peut être engagée que dans des cas exceptionnels.

La déduction pour investissement est une déduction fiscale à laquelle vous avez droit en tant qu’entrepreneur lorsque vous investissez dans des actifs que vous affectez à l’exercice de votre activité professionnelle. Si vous mettez ces actifs à la disposition de tiers, vous n’avez pas droit à cette déduction pour investissement. Il y a certes quelques exceptions. Mais qu’en est-il si vous avez des actifs qui ne tombent qu’en partie sous le coup d’une exception ?