Celui qui utilise un SCE ne peut plus appliquer le régime forfaitaire

À partir du 1er janvier 2017, les entreprises qui utilisent une caisse blanche sont exclues du régime forfaitaire en matière de TVA. Depuis cette date, elles sont soumises au régime ordinaire.

La caisse blanche (SCE)

Les entreprises horeca doivent utiliser une caisse enregistreuse si leur chiffre d'affaires annuel pour les services de restaurant et de restauration dépasse les 25 000 EUR.

Le régime forfaitaire en matière de TVA

Les petites entreprises peuvent être considérées comme des assujettis forfaitaires. L'administration de la TVA établit alors des bases forfaitaires de taxation, après consultation des groupements professionnels intéressés. Elles paient la TVA sur base de ce forfait, et pas sur base de ce qu'ils vendent réellement. Cette règle permet de déterminer le chiffre d'affaires imposable de ces assujettis, même s'ils ne disposent pas de tous les documents nécessaires (factures, livre des recettes). Cela entraîne une simplification administrative.

De très nombreuses entreprises de divers secteurs tombent sous ce régime : les détaillants en alimentation générale et les entrepreneurs horeca, mais également les pharmaciens, les droguistes, les marchands de chaussures, les cordonniers, les marchands de textiles et d'articles en cuir, les quincailliers, les forains, les marchands de journaux, les libraires et les détaillants en tabacs.

Dans le régime forfaitaire, il existe encore des forfaits généraux et des forfaits spéciaux.

Entreprises concernées

Comme nous l'avons précisé, il existe donc aussi de très nombreux assujettis forfaitaires dans le secteur horeca. S'ils utilisent une caisse blanche, ils ne pourront plus appliquer de forfait. Il s'agit particulièrement :

des glaciers ;

des exploitants de friterie ;

des cafetiers et des petits cafetiers ;

des bouchers et charcutiers ;

des boulangers et boulangers-pâtissiers. 

À partir du 1er janvier 2017, ils seront donc soumis au régime normal en matière de TVA.

Nouvelles

Le 12 octobre 2021, la Commission des normes comptables (CNC) a publié un avis sur la procédure de sonnette d’alarme sous le Code des sociétés et des associations (CSA). L’application de la procédure de sonnette d’alarme dépend dans une large mesure des règles d’évaluation appliquées par l’organe d’administration. Les administrateurs qui appliquent correctement les règles échappent à la responsabilité particulière qu’ils pourraient encourir.

Tout comme vos revenus peuvent encore être imposables longtemps après que vous avez cessé votre activité, vos frais peuvent également rester déductibles après cette cessation d’activité. La Cour d’appel de Gand a été appelée à se prononcer dans une affaire sur toute une série de frais et dépenses qui ont encore été supportés après la cessation d’activité. Une affaire particulièrement intéressante !

Les travailleurs qui se voient mettre une voiture de société à disposition par leur employeur sont imposés sur un avantage de toute nature. Cet avantage est basé sur la valeur catalogue du véhicule. La mise à disposition supplémentaire d’une carte de carburant par l’employeur est sans incidence sur cet avantage. Mais qu’en est-il si le travailleur « fait le plein » d’électricité aux frais de l’employeur ?